SARRA-H Modèle de culture______________figfigfig______________Cirad, UMR TETIS, C.Baron , 2013_fig
Système d'Analyse Régionale des Risques Agroclimatologiques Version H (SARRA-H)
Sarrah Historique Le modèle Téléchargements Partenariats et liens Publications Projets
Retour Historique Le Modèle Télécharger Partenariats Publications Projets

fig SARRA-H : la Phénologie

Traditionnellement le cycle de culture de la plante est découpé en phases de développement, délimitées par des stades phénologiques. Au sein de ces phases les dynamiques d’évolution et/ou l’impact des contraintes sur le développement et le rendement suivent les mêmes lois.

Le cycle de culture peut se diviser en 4 phases principales :

fig

ico Concept : degrés jours (SDJ) et durée du jour (PP)

Dans SARRA habillée ces phases sont découpées en 7 stades permettant d’optimiser la gestion des méthodes de calcul et de contrôle :

Lorsque l’on atteint un seuil (somme de température, somme de f(PP)), on change de phase. Ce changement met à jour, en fonction des phases, différentes variables utilisées pour la dynamique de la biomasse. De même en fonction des phases des processus différents seront activés ou désactivés.

Toutes les phases sont définies par une durée en degrés-jour (SumDegreDays), excepté la phase PSP où intervient la photopériode fonction de la latitude :

ico Les degrés jours : des seuils de températures bornent les étapes de calcul des degrés jour. Tbase température au delà de laquelle la croissance n'est pas bloquée, TL température létale au delà de laquelle la plante ne peut vivre, Topt1 et Topt2 bornes optimum de développement pour la plante. On calcule une vitesse moyenne de développement en considérant qu'elle est linéairement croissante de 0 à 1 entre Tbase et Topt1, puis constante et égale à 1 entre Topt1 et Topt2 puis linéairement décroissante de 1 à 0 entre Topt2 et Tlethale. On calcule alors la température équivalente comprise entre Tbase et Topt1 donnant la même vitesse de développement. Les degrés jours correspondent à cette température équivalente.

ico La photopériode : une photopériode (PP) défavorable ralentie le processus de l’induction florale. La durée de cette période d’induction, normalement instantanée sous conditions favorables, est fonction d'une valeur seuil les concepts et méthodes de calculs sont décrites dans une publication (M. Dingkhun et al., 2008). L’initiation florale se déclenche quand ce seuil critique est atteint. ico La PP utilisée dans le modèle est la durée astronomique du jour, sans tenir compte du « civil twilight ». Dans le « civil twilight », la durée du jour est plus longue car elle intègre les périodes faiblement éclairées avant l’apparition et la disparition du soleil, où la plante est déjà physiologiquement réactive.

figLe bilan hydrique : il estime l'évapotranspiration et l'indice de stress hydrique; le sol est constitué de trois réservoirs : superficiel, profond et un réservoir racinaire dynamique;

figLe bilan carboné : il est basé sur le concept de la grande feuille, il transforme l’énergie solaire en sucre sous contrainte de stress hydrique, puis le répartit dans les biomasses;

figLa phénologie : elle gère l’évolution des stades phénologiques (émergence, stade végétatif, floraison, maturation) et les processus associés (germination, mortalité juvénile, modalités de répartition des biomasses...).

ico Gestion de multiple scénarios de simulations (interface ou lancement automatique)

figScénarios de simulation

Retour Historique Le Modèle Télécharger Partenariats Publications Projets
Sarrah Historique Le modèle Téléchargements Partenariats et liens Publications Projets