SARRA-H Modèle de culture______________figfigfig______________Cirad, UMR TETIS, C.Baron , 2013_fig
Système d'Analyse Régionale des Risques Agroclimatologiques Version H (SARRA-H)
Sarrah Historique Le modèle Téléchargements Partenariats et liens Publications Projets
Retour Historique Le Modèle Télécharger Partenariats Publications Projets

fig SARRA-H : le Bilan Hydrique.

ico Concept : une approche de type réservoir.

Le sol est considéré comme un ensemble de réservoirs de tailles variables. Un réservoir est une entité homogène au regard des processus simulés ou des variables décrivent ses propriétés : infiltration/ruissellement superficiel, drainage, capacité de stockage, répartition et consommation de l’eau…
Le flux est simulé par des processus de remplissage du réservoir jusqu’à sa capacité maximum, traditionnellement la capacité au champ sauf pour les phénomènes de nappe. Au delà l’eau déborde sur le réservoir suivant, flux vertical descendant. L'eau qui déborde du dernier réservoir est considérée comme du drainage. Nota : Le processus de remontée capillaire n’est pas simulé.

Trois représentations des réservoirs sont retenues, permettant d’estimer l’eau disponible selon les processus d’évaporation, de transpiration et de stockage d’eau :

Apport d’eau & Ruissellement

ico Concept : L’eau disponible est la somme de la pluie et de l’irrigation nette moins le ruissellement. Pour le ruissellement on définit une valeur seuil en mm d’eau (SeuilRuiss) au delà de laquelle le processus de ruissellement se déclenche. La quantité d’eau ruisselée est définie par le pourcentage (PourcRuiss) de la quantité d'eau qui est supérieure au seuil.

Evolution du réservoir racinaire

ico Concept : La taille du réservoir prospecté par les racines évolue en fonction de la vitesse racinaire journalière définie pour chaque phase phénologique : i) l’enracinement en profondeur peut être bloqué par le front d’humectation, ii) sa vitesse d’enracinement journalière peut être restreinte lorsqu’il y a stress hydrique très fort (symbolisé par cstr).

Remplissage des réservoirs

fig

ico Concept : La dynamique de l'eau est représentée par un remplissage par le haut des réservoirs. On remplit le réservoir jusqu’à la capacité de stockage, définie par sa capacité au champ. La quantité excédante déborde sur le réservoir suivant. Une profondeur maximale de l’ensemble des réservoirs est définie. L’eau qui déborde de ce dernier réservoir est alors considérée comme du drainage. A l'intérieur d'un réservoir, l'eau est répartie de manière homogène.

Consommation en eau

ico Concept : le processus d’évapotranspiration, processus liés au sol et à la plante est décomposé en deux processus : 1) Processus d’évaporation, 2)Processus de transpiration. Les bases du concept sont très proches de celles retenues par la FAO (notion de Kce et Kcp : coefficient de capacité d'évaporation du sol et de transpiration de la plante).

Ces processus sont fonction du rapport offre sur demande en eau (source/puit). Ces deux processus varient en fonction de la demande atmosphérique (Eto), du taux de couverture et du stade phénologique de la plante. Ces processus s’effectuent de façon simultanée. L’évaporation potentielle (evapPot) est contrainte par l’eau disponible dans une fraction de sol en contact avec l’atmosphère : notion de réservoir de surface. La transpiration potentielle (TrPot) est contrainte par l’eau disponible dans la fraction de sol contenant des racines (réservoir racinaire qui inclue le réservoir de surface). Le rapport entre la transpiration réelle et la demande potentielle de la plante nous donne un indice de satisfaction hydrique (cstr) intervenant sous forme de frein dans les calculs des biomasses.

figLe bilan hydrique : il estime l'évapotranspiration et l'indice de stress hydrique; le sol est constitué de trois réservoirs : superficiel, profond et un réservoir racinaire dynamique;

figLe bilan carboné : il est basé sur le concept de la grande feuille, il transforme l’énergie solaire en sucre sous contrainte de stress hydrique, puis le répartit dans les biomasses;

figLa phénologie : elle gère l’évolution des stades phénologiques (émergence, stade végétatif, floraison, maturation) et les processus associés (germination, mortalité juvénile, modalités de répartition des biomasses...).

ico Gestion de multiple scénarios de simulations (interface ou lancement automatique)

figScénarios de simulation

Retour Historique Le Modèle Télécharger Partenariats Publications Projets
Sarrah Historique Le modèle Téléchargements Partenariats et liens Publications Projets